La station de radio Couleur 3 (qui figure dans la boîte à çons de ce blog), propose deux fois par semaine une émission originale à succès. Elle s’appelle La planète bleue et diffuse des musiques éthniques et expérimentales zen. On aime ou on n’aime pas... moi j’adore.

Entre deux musiques, l’animateur Yves Blanc intervient sur des sujets engagés, tels que l’écologie, le monde, le futur ou la science-fiction. Il y a 3 semaines, pour la 600me, il évoquait les méfaits de la surconsommation de viande. Extraits.

« Homo numericus est en train de gaspiller les ressources limitées de sa planète pour nourrir son appétit grandissant pour la chair animale. [...]

La quantité de bétail destinée à être consommée dépasse aujourd’hui la population humaine ! Nous sommes un peu plus de 6 milliards de petits hommes bleus sur cette planète ; les animaux destinés à être servis dans nos assiettes sont 15 milliards ! Et ils ont besoin d’eau, de graines, de céréales pour arriver à l’âge d’abbatage.

Quelques chiffres étourdissants qui vallent le détour. [...]

  • Pour produire 1 Kg de blé, il faut 1 000 à 2 000 litres d’eau.
  • Pour produire 1 Kg de bœuf, il faut 10 000 à 13 000 litres d’eau.

Pour produire 1 Kg de viande de bœuf prête à être consommée, il faut lui fournir 13 Kg de nourriture. En outre, pour chaque Kg de viande de bœuf, l’animal produit 40 Kg de déchêts : des excréments, des eaux, des liquides et des tendons, qui ne seront jamais consommés par l’Homme.

L’industrie de la viande accapare déjà presque la moitié —45 %— des céréales mondiales. La consommation de viande augmente à un point tel que la pression sur les moissons devient intensive et laisse de moins en moins de place aux cultures destinées à la consommation humaine directe.

Lire la suite