Une présentation de l’évènement par Serge Orru dans l’émission C’est pas du vent sur RFI :

Savez-vous ce que nous allons vivre ensemble en cette fin du mois de Mars ?

Et bien, nous allons vivre EARTH HOUR ou 60 minutes pour la planète. En effet, c’est ce samedi 28 mars 2009 que nous allons éteindre nos lumières de 20h30 à 21h30 dans un vaste mouvement planétaire. Nous serons plus d’un milliard d’êtres humains à nous plonger dans l’obscurité citoyenne pour faire une ovation à la vie !

Ainsi les patriotes de la planète vont pouvoir se compter et surtout lancer un formidable appel de phares, au sens du sémaphore, à tous les dirigeants qui auront la difficile mission de négocier le sort de notre climat, à Copenhague en Décembre 2009, où il s’agira de trouver un accord pour succéder au Protocole de Kyoto qui prend fin en 2012. Par le simple fait d’éteindre nos lumières durant 60 minutes, nous voulons aider les décideurs à faire le choix d’un monde qui endiguera les dérèglements climatiques. Le 28 mars, votons pour la planète, éteignons nos lumières pour réinventer le Temps des lumières, le Temps du monde équitable pour l ’ensemble du vivant !

À tous les hérauts du scepticisme qui diront que cela ne sert à rien, répondons que voir s’unir par ce geste symbolique, les femmes, hommes et enfants du monde entier sera un immense événement. Rappelons que l’objectif d’EARTH HOUR n’est pas de réduire notre consommation d’énergie et les émissions de CO2 durant une heure ! Il s’agit d’envoyer un message lumineux d’engagement. Nous ne voulons pas provoquer le black out, il n’est pas absolument pas recommandé de couper toute son électricité, on peut regarder la télévision, utiliser son ordinateur et son électroménager. Certaines lumières ne doivent d’ailleurs pas être éteintes pour des raisons de sécurité comme les éclairages des rues, les feux de circulation, les balises, etc.

À tous les cassandres qui diront que cela est contre-productif et que nous allons amplifier les émissions polluantes au moment du rallumage des ampoules, nous rétorquerons que l’horaire choisi correspond aux périodes de pointe des pays grands consommateurs d’énergie. En France, par exemple, ce sont les barrages hydrauliques qui vont permettre d’ajuster la consommation et la production d’électricité assurant ainsi la stabilité du réseau. Notre mobilisation doit être la plus forte possible. Moins il y aura de lumières, plus nous serons vus ! Et plus notre voix sera entendue par les gouvernements négociant à Copenhague à la fin de l’année.

Le samedi 28 mars, de 20h30 à 21h30 (heure GMT) la planète a besoin de tous, elle a besoin de vous ! Inscrivez-vous sur earthhour.fr ! Rejoignez-nous sur planete-attitude.fr ! Dès maintenant informez votre famille, prévenez vos amis de cette manifestation joyeuse, faites le buzz sur tous vos réseaux sociaux, parlez-en sur votre lieu de travail dans vos cafés préférés, écrivez à votre maire pour qu’il puisse faire éteindre les monuments de votre ville. Déjà Paris, Lyon, Marseille, Bordeaux, Grenoble et plus de cent villes ont répondu favorablement à notre appel.

Votons pour la planète, soyons visibles éteignons nos lumières ! 2009 est une année cruciale pour l’avenir des générations futures. Quoique vous fassiez le samedi 28 Mars 2009, de 20h30 à 21h30, faites-le dans le noir ! Allumons nos consciences !

À suivre…