"Désolé fiston mais j'ai une mauvaise nouvelle, l'âne est mort.
- Bien alors, rendez-moi mon argent.
- Je ne peux pas faire ça. Je l'ai déjà tout dépensé.
- OK alors, vous n'avez qu'à m'apporter l'âne.
- Qu'est-ce que tu vas en faire ?
- Je vais le faire gagner par un tirage au sort.
- Tu ne peux pas faire un tirage au sort avec un âne mort!
- Certainement que je peux. Je dirai à personne qu'il est mort."

Dans sa situation, le fermier se dit qu'il ne peut pas vraiment refuser. Il ramène donc l'âne mort au petit Nicolas.
Un mois plus tard, il revient voir le petit Nicolas :
" Qu'est devenu mon âne mort ?
- Je l'ai fait tirer au sort. J'ai vendu 500 billets à 2 euros l'unité et j'ai fait un profit de 998 euros.
- Et personne ne s'est plaint ?
- Seulement le gars qui a gagné. Ça fait que je lui ai rendu ses 2 euros."

Épilogue : Nicolas a vieilli et est devenu ministre de l'intérieur.